Les Microphones, 2ème partie : Type de capteur et directivités

Voici la suite de notre voyage au pays merveilleux des microphones.

Nous allons développer aujourd’hui une des caractéristiques des micros parmi les plus importantes : la directivité.
Selon nos conditions d’enregistrement, la directivité jouera un grand rôle dans le résultat sonore final. Il faudra donc, lors du choix de notre micro, y porter une attention particulière.

Tous d’abord, voyons les 2 types de capteurs utilisés dans la conception des micros (aussi bien électrodynamiques qu’électrostatiques)

 

Le capteur à pression

Le capteur à pression est constitué d’une membrane et d’une cavité fermée : Une seule des faces de la membrane reçoit les vibrations sonores.

Capteur à pression

La cavité est percée d’une évent afin d’équilibrer la pression atmosphérique des deux côtés de la membrane. Ainsi, la force appliquée par la pression atmosphérique s’annule et la membrane est libre de se déplacer selon les vibrations acoustiques seules.

En théorie, un capteur de ce type reçoit les ondes sonores de la même manière, peu importe leur angle d’incidence par rapport à l’axe de la membrane. Il a une sensibilité égale dans toutes les directions autour de lui. On dit que c’est un capteur à directivité omnidirectionnelle. On peut représenter la directivité sur un diagramme polaire, où le centre serait la membrane et où la courbe serait la sensibilité selon l’angle d’incidence. Pour un capteur omnidirectionnel, cette courbe est un cercle parfait dans un espace à 2 dimensions :

Directivité omnidirectionelle

 

Rapporté dans l’espace à 3 dimensions, le capteur à pression a une directivité sphérique.
En pratique, la sensibilité d’un capteur à pression est dépendante de la taille de la membrane, de la fréquence de l’onde incidente et de son angle d’incidence :

  • Lorsque la longueur de l’onde est grande par rapport aux dimensions de la membrane (c’est à dire pour les basses fréquences), celle-ci ne représente pas d’obstacle et ne perturbe pas la propagation de l’onde. Pour une distance à la source constante, la pression à la surface de la membrane reste la même, quel que soit l’angle d’incidence du son. Dans ce cas, le capteur est bien omnidirectionnel. On estime que c’est le cas pour des fréquences allant jusqu’à 1KHz environ.
  • Lorsque la longueur de l’onde est de l’ordre de la taille de la membrane, ou inférieure (fréquences moyennes et élevées), alors celle-ci représente un obstacle et perturbe la propagation de l’onde. Deux facteurs d’interférence apparaissent alors, ce qui va resserrer la directivité :
    • Un phénomène de réflexion et de diffraction va apparaître lorsque les ondes de longueur courte ou moyenne vont frapper la membrane. Si les ondes arrivent dans l’axe de la membrane, elle vont être réfléchies par celle-ci et vont repartir sur le même trajet en sens inverse, formant ainsi une onde stationnaire et donc une surpression sonore dans l’axe du micro (jusqu’à +6dB).

      L'onde réfléchie (onde 2) s’additionne à l'onde incidente (onde 1) et forme une onde résultante d'amplitude double.

      Cette particularité est exploitée par les constructeurs qui s’arrangent pour que cette bosse fréquentielle créée par la réflexion soit placée dans un endroit le plus adapté à l’utilisation qu’on veut faire du micro. Exemple : Si la surpression apparait pour des fréquences entre 4 et 6 KHz, cela résultera en un gain de clarté et d’intelligibilité sur l’enregistrement de voix par exemple.

    • Pour les hautes fréquences, les ondes arrivant avec un angle important par rapport à l’axe du micro vont frapper la membrane en différents endroits avec un petit décalage temporel, et donc une phase différente. On a alors des annulations d’ondes aléatoires ce qui résulte en une perte de niveau en sortie du microphone. Plus l’angle est important, plus le phénomène s’aggrave.
      On a donc un resserrement de la directivité d’autant plus important que la fréquence est élevée et que l’angle d’incidence est grand.

En résumé, les capteurs omnidirectionnels le sont surtout pour les fréquences inférieures à 1kHz environ. Jusqu’à 10KHz ils sont un peu plus directifs, et au dessus de 10KHz, ils sont très directifs.

 

Le capteur à gradient de pression

Dans ce cas, la membrane est à l’air libre (il n’y a plus de cavité isolante), les vibrations sonores atteignent donc les deux côtés de la membrane. Le signal résultant est donc la différence (gradient) entre les signaux arrivant au même moment sur chaque face de la membrane.

Capteur à gradient de pression

La directivité d’un tel système est facilement déductible lorsqu’on étudie des cas précis :

  • Si la source est située perpendiculairement  à l’axe du micro (à 90° ou  270°), le signal arrive en même temps (en phase) sur les deux faces de la membrane et donc, s’annule. En effet la membrane subit des forces de même intensité mais opposées, elle reste donc immobile.
  • Si la source est située dans l’axe du micro (à 0° ou 180°) alors l’onde sonore arrive alternativement sur les deux faces de la membrane (hors phase) et donc la différence de pression entre les deux faces de la membrane est maximale. C’est donc sur cet axe que la sensibilité du micro est la plus forte.

La force résultante diminue à mesure que la source s’éloigne de l’axe du micro jusqu’à s’annuler lorsqu’elle est dans l’axe perpendiculaire à celui du micro. On a donc une directivité symétrique de chaque côté de la membrane, et on l’appelle directivité bidirectionnelle (ou directivité en 8).

Directivité bidirectionnelle

 

On a donc deux directivités de base théoriques : Omnidirectionnelle et Bidirectionnelle
A partir de ces deux directivités, il est possible de créer des directivités intermédiaires qui seront adaptées à des utilisations spécifiques.
Nous allons détailler maintenant les différentes manières des les générer.

 

CRÉATION DES DIRECTIVITÉS INTERMÉDIAIRES

Théoriquement en additionnant ces directivités et en leur appliquant un coefficient, on peut obtenir les directivités alternatives suivantes :

  • La directivité cardioïde (en forme de coeur) : 0,5×Omni + 0,5×Bidir

    Directivité Cardioïde

    C’est certainement la directivité la plus utilisée en prise de son musicale. En effet elle rejette tout ce qu’il y a à l’arrière du micro, et elle a un bon taux de réjection à 90° et à 270° (On voit sur le diagramme ci-dessus que pour une sensibilité de 1 dans l’axe du micro (0°), on a une sensibilité de seulement 0,5 sur les côtés et de 0 à l’arrière).

  • La directivité supercardioïde: 0,4×Omni + 0,6×Bidir

    Directivité Supercardio

  • La directivité hypercardioïde: 0,3×Omni + 0,7×Bidir

    Directivité Hypercardio

    Pour les deux directivités ci-dessus, on a une plus forte sensibilité vers l’avant (0°) qu’un cardioïde mais on récupère le lobe arrière du bidirectionnel. Ces micros sont souvent utilisés dans des environnements bruyants afin d’isoler un maximum la source, notamment en sonorisation de concerts.

  • La directivité hypocardio ou cardioïde large: 0,7×Omni + 0,3×Bidir

    Directivité Hypocardio

    Assez proche de l’omnidirectionnel, on réduit néanmoins la sensibilité vers l’arrière du micro.

 

Afin d’associer les deux directivités de base (Omni et Bidir) il est théoriquement possible d’associer 2 capteurs, l’un à pression, l’autre à gradient de pression, placés au même endroit dans le même micro. Mais en réalité cette technique est compliquée à mettre en œuvre et coûte cher. Voilà pourquoi les constructeurs ont développé d’autres méthodes plus efficaces :

  • Les méthodes acoustiques :
    Première méthode : En utilisant un capteur à gradient de pression, il est possible de retarder l’onde arrivant sur la face arrière de la membrane en faisant passer le son dans un labyrinthe plus ou moins long. Ainsi on maitrise la phase des deux signaux et on recréé différentes directivités. Sur ce genre de micros la longueur du labyrinthe est fixée par le constructeur dans la majorité des cas, on n’a donc qu’une directivité disponible.
    Deuxième méthode : On prolonge le micro d’un tube à interférences dans l’axe de la membrane. Ce tube et percé de fentes sur les côtés et contient un matériau d’absorption phonique qui atténue les ondes stationnaires. De cette manière, les ondes arrivant sur le côté du micro rentrent dans le tube et s’annulent puisqu’elles ont la même force et des directions opposées. Plus les ondes arrivent perpendiculairement au micro/tube, plus elles sont annulées. On appelle ce genre de micro un micro canon. C’est le micro le plus directif vers l’avant et bien qu’il ait des petits lobs à gauche et à droite, il reste le micro qui rejette le plus les sons arrivant de côté. Il est souvent utilisé au cinéma pour l’enregistrement de dialogues à distance. Cela dit, c’est un micro difficile à utiliser car il faut arriver à « viser » la source précisément, sous peine de détimbrage du son (perte dans les aigües) voire de perte de niveau sonore.
  • La méthode électrique :
    Celle-ci s’applique uniquement sur les micros électrostatiques équipés d’une double membrane (Dans ces micros, les deux membranes sont séparées par une cloison perforée fixe qui constitue elle-même une électrode du condensateur). Les deux membranes peuvent alors être polarisées de manière différente, ce qui permet de recréer toutes les directivités possibles. On contrôle la polarisation grâce à un petit switch placé sur le corps du micro.

    • Lorsque les deux membranes sont polarisées identiquement : la directivité est omnidirectionnelle .
    • Lorsque les deux membranes ont une polarité de même potentiel mais de signe opposé : la directivité est bidirectionnelle.
    • Lorsqu’une des membranes est au même potentiel que l’électrode fixe, elle n’est plus active : La directivité est cardioïde.

    Cette méthode coute assez cher à mettre en œuvre, c’est pourquoi elle n’équipe que les micros haut de gamme.

Remarque importante :
Toutes les directivités évoquées ci-dessus sont des modèles théoriques qui ne sont réalisables que dans des lieux totalement anéchoïques (sans réflexion ni réverbération), ce qui n’est quasiment jamais le cas en réalité. Par exemple, une source placée à l’arrière du microphone va émettre des ondes qui seront réfléchies par les obstacles (murs) placés devant le micro. Le micro captera donc ces ondes comme venant de l’avant.
Les directivités fonctionnent quand même, mais de manière inégale devant l’acoustique du lieu d’enregistrement.

 

Il est intéressant de savoir à quelle distance théorique de la source on pourrait placer un micro de chaque directivité par rapport à un micro omnidirectionnel.
Si le micro omnidirectionnel est placé à 1m :

  • Un micro cardioïde ou bidirectionnel pourra être placé à 1,70m et donnera la même sensation de proximité à la source.
  • Un micro super-cardio pourra être placé à 1,9m.
  • Un micro hyper-cardio pourra être placé à 2m.
  • Un micro canon pourra être placé jusqu’à 2,50m.

 

Etude de la directivité d’un micro, le Sennheiser e945 :

Sennheiser nous vend ce micro dynamique spécialement conçu pour la voix sur scène comme un micro de directivité supercardio. Jetons un œil au diagramme polaire pour voir ce qu’il en est réellement.

 

Diagrame polaire de directivité du e945

On remarque que la directivité varie effectivement beaucoup en fonction de la fréquence.
A 125 Hz la directivité est plus hypocardio que supercardio.
Plus on monte en fréquence, plus la directivité se resserre sur l’avant du microphone.
Ce micro est réellement supercardio pour les fréquences comprises entre 500Hz et 2000Hz environ.
Au dessus de 2000Hz, on tend plutôt vers une directivité hypercardio.

Attention donc, la directivité d’un micro est clairement variable selon le lieu d’enregistrement et selon la source à enregistrer.

 

Voilà, maintenant que nous avons les outils théoriques sur la technologie du microphone, nous allons pouvoir, dans un futur article, nous intéresser à l’utilisation sur le terrain des microphones : Quel micro pour quel instrument, quel placement, quel traitement ?

A bientôt !

Les Microphones, 1ère partie : Les technologies et les caractéristiques.

Aujourd’hui nous rentrons dans le vif du sujet !
Pour un technicien du son, le microphone est un élément extrêmement important de la chaîne du son. En effet, c’est le premier élément incontournable qu’il nous faut pour enregistrer la musique ou le son en général, et pour pouvoir le rediffuser plus tard. Il est donc d’autant plus important d’avoir un bon micro et bien adapté à l’utilisation qu’on veut en faire. Car si notre micro est mauvais, ou s’il est mal utilisé, il sera très compliqué de rattraper le résultat, même avec la meilleure des consoles de mixage et les meilleurs traitements de son…

Il existe plusieurs types de micro, plusieurs technologies, plusieurs techniques utilisées afin de créer une gamme de produits pouvant répondre aux besoins spécifiques du technicien son. Nous allons les détailler dans cet article.

Avant de commencer, il faut noter qu’un micro est un transducteur. Un transducteur est un appareil qui transforme une forme d’énergie en une autre forme d’énergie. Le microphone, lui, transforme l’énergie acoustique en énergie électrique. Un haut-parleur est aussi un transducteur et fonctionne à l’inverse du microphone.

 

LES DIFFÉRENTES TECHNOLOGIES

 

  • Les microphones électrodynamiques

Ces micros, aussi appelés plus simplement micros dynamiques, ont une technologie dite passive qui ne nécessite pas d’alimentation extérieure.
Ils sont équipés d’une membrane (ou diaphragme) qui va capter les vibrations acoustiques de l’air, d’une bobine métallique et d’un aimant. La bobine métallique placée dans le champ magnétique de l’aimant, est solidaire de la membrane. La bobine vibre donc de la même manière que la membrane et créé donc des perturbations dans le champ magnétique de l’aimant permanent, qui lui est fixé au corps du micro. Selon la loi de Lenz-Faraday, toute variation d’un flux magnétique induit un courant électrique. Ici, le courant est induit aux bornes de la bobine et peut donc être récupéré.

Fonctionnement d'un micro dynamique

La qualité d’un micro dynamique dépend de paramètres comme le poids de l’équipage mobile (membrane+bobine) qui conditionne le rendu des transitoires d’attaque, la qualité de la membrane elle-même ou son rendement en terme de niveau de sortie.
Les micros dynamiques ont en générale une sensibilité relativement faible et donc un signal de sortie faible aussi. Il faudra donc un bon pré-ampli pour exploiter correctement le signal. Leur conception fait d’eux des micros robustes qui tolèrent les chocs et les hauts niveaux sonores. Ils sont pour cela très prisés en sonorisation de concert.
Il sont également très utilisés en studio d’enregistrement, notamment pour la prise de batterie et pour tout instrument dégageant une forte pression sonore.

Parmi les micros dynamiques les plus utilisés on trouve les Shure SM57 et SM58, l’ Electro-Voice RE20, Le BeyerDynamic M88 ou bien les Sennheiser MD421 et MD441.

Leur prix est relativement abordable (de quelques dizaines d’euros à quelques centaines) comparé à leurs confrères les micros électrostatiques. Par contre, leur courbe de réponse est moins linéaire et leur performance dans les fréquences aigües est généralement moins bonne. Chaque micro a sa propre réponse en fréquence ce qui est bien pratique pour le technicien du son, qui va pouvoir exploiter ces différences selon ce qu’il doit enregistrer. En résumé, le son d’un micro dynamique sera moins « naturel » et « fidèle » qu’un micro électrostatique par rapport au son réel de la source. Mais cette imprécision peut se révéler plus qu’utile lors du mixage !

 

  • Les microphones électrostatiques (ou à condensateur)

Cette technologie exploite le fonctionnement d’un condensateur. Le condensateur est un composant électronique composé de deux plaques polarisées (électrodes) se faisant face, séparées par un isolant (ici, l’air). La variation de distance entre les plaques polarisées va modifier ce qu’on appelle la capacité du condensateur. Cette variation est facilement traduisible en courant électrique.
Pour un micro à condensateur, la membrane va jouer le rôle d’une des deux électrodes, tandis que l’autre électrode sera fixe. On comprend facilement que la variation de la pression sonore à la surface de la membrane va la déplacer et va donc modifier la distance entre la membrane et l’électrode fixe. Un petit système électronique est ensuite chargé de transformer les variations de capacité en courant électrique.
Ce système électronique requiert une alimentation, souvent appelée « alimentation fantôme » (car elle transite par les mêmes conducteurs que le signal audio) et d’une valeur de 48V en tension continue. Cette alimentation sert aussi à la polarisation de la membrane.

Fonctionnement d'un micro électrostatique

Cette technologie offre des résultats plus fidèles à la réalité qu’un micro dynamique. Cela est dû en partie au fait que la partie mobile est beaucoup plus légère (il n’y a plus de bobine, seule la membrane est mobile), ce qui améliore grandement le rendu des transitoires et des fréquences aigües.
Les micros statiques offrent donc des bandes passante plus étendues et sont à peu près linéaires sur la bande de fréquences audibles (20Hz-20000Hz). Leur domaine d’application est donc plus large que pour les dynamiques. Ils ont aussi une sensibilité et un rendement bien supérieurs. On peut les utiliser autant en prise de proximité qu’en ambiance.
Par contre, leur technologie les rend beaucoup plus couteux (de quelques centaines d’euros à quelques milliers) et surtout beaucoup plus sensibles au chocs, au vent et aux fortes pressions sonores qui peut les endommager. Il est donc difficile de les utiliser en extérieur ou en sonorisation de concert.

Des dizaines de marques ont fait leurs preuves dans la production de micros électrostatiques, parmi lesquelles : Neumann, AKG, Schoeps, DPA, Blue, Coles, Audio-Technica.

 

  • Les microphones à Electret

Leur principe est le même que celui du micro à condensateur à la différence près que la membrane est fabriquée avec une polarisation permanente. Elle n’est donc plus polarisée par l’alimentation extérieure. Cela résulte en un cout de fabrication moindre et peut être une alternative entre un micro dynamique (réponse en fréquence moins étendue) et un micro statique (prix plus élevé). Le problème est que la polarisation de la membrane n’est pas réellement permanente et s’efface avec le temps. Même si la plupart des membranes gardent leur polarisation jusqu’à plusieurs années, il arrivera fatalement un moment où il faudra la changer. Cela n’empêche pas que le micro ait besoin d’une source d’alimentation pour ses composants électroniques. Cette alimentation peut être de 48V mais peut aussi être fournie par une pile (de 1,5V à 9V)
Ce type de micro est rarement utilisé dans le domaine professionnel, mais plus pour le grand public. A noter tout de même le très bon AKG C535, un micro à électret souvent utilisé pour la voix sur scène, sur les cymbales charleston ou même en exploitation radiophonique.

  • Les micros à ruban

Les micros à ruban font partie du groupe des micros dynamiques. Un ruban est placé dans le champ magnétique d’un aimant. Ce fin ruban métallique joue à la foi le rôle de membrane et de bobine. Sa vibration induit directement un courant électrique à ses bornes.

Fonctionnement d'un micro à ruban

Ce type de micro offre des aigües très doux mais souffre par contre d’un très faible niveau de sortie. Il est aussi extrêmement sensible aux chocs, au vent et aux surpressions acoustiques. Ce qui fait qu’il est de moins en moins utilisé. Il donne cependant de très bons résultats sur certains instruments comme les cordes.
La marque haut de gamme Royer en a fait sa spécialité, notamment avec les micros R-121 et R-122.

 

  • Les micros à zone de pression

A l’extrême proximité d’une surface réfléchissante, un phénomène physique fait qu’on a une surpression acoustique offrant un gain de 6dB par rapport à un micro placé dans l’air. On constate surtout un renforcement des fréquences basses ce qui rend cette technologie intéressante pour la prise de son d’instruments graves (piano, grosse caisse).
Ces micros sont donc composés d’une plaque plus ou moins grande (plus elle est grande, plus la réponse en fréquence du micro sera étendue et linéaire dans les fréquences graves) et d’un capteur, généralement électrostatique ou à électret.
De part sa discrétion il est souvent utilisé au cinéma, en télé ou au théâtre.
Les plus utilisés sont le PZM Crown ou le Shure Beta91.

 

 

LES CARACTÉRISTIQUES D’UN MICRO

 

  • Sa technologie de fabrication :
    C’est ce que nous avons vu ci-dessus.
  • Sa directivité :
    Omnidirectionnel, Cardioïde, Bidirectionnel,… Je consacrerai toute la deuxième partie de cet article aux différentes directivités et à la manière de les créer, car c’est un sujet qui mérite qu’on s’y attarde.
  • Sa courbe de réponse en fréquence :
    Il s’agit du niveau électrique théorique en dB en fonction de la fréquence. Cette courbe donne donc une idée du domaine d’application du micro en question.
    Exemples :

    Courbe de réponse BeyerDynamic M88

    On a ici trois courbes en une. Chaque courbe correspond à un distance spécifique du micro à la source (2cm, 10cm, 1m). Ces courbes sont très accidentées. C’est souvent le cas pour les micros dynamiques comme le BeyerDynamic M88.

    Courbe de réponse Neumann TLM 103

    Pour ce micro électrostatique on constate une beaucoup plus grande linéarité, surtout entre 60Hz et 4kHz. On a une « bosse de présence » dans les aigües, souvent caractéristiques des micros statiques. Cette bosse est difficilement évitable par les constructeurs mais ne présente pas d’inconvénient particulier. Au contraire cela permet de gagner en clarté sur la majorité des sources.

    Courbe de réponse DPA 4011

    Ce schéma un peu plus complexe présente les courbes de réponse du micro DPA 4011 selon l’angle d’incidence du son. En effet nous verrons dans la 2ème partie de l’article que les micros sont plus ou moins sensibles au son selon la position de la source par rapport à l’axe de la membrane.
    Ici, on remarque que quand la source est dans l’axe du microphone (0°), on a une courbe complètement linéaire entre 40Hz et 10kHz. On a ensuite une petite bosse entre 10kHz et 15kHz mais plus légère que pour le micro précédent.
    On a ici un micro très haut de gamme. Ces micros très linéaires sont souvent utilisés pour la musique classique ou les prises de son d’ambiance.

  • Sa sensibilité :
    C’est le niveau de sortie pour une pression donnée mesuré en mV/Pa. Il varie énormément selon la technologie et les caractéristiques du micro. Pour un micro dynamique la sensibilité peut aller de 1mV/Pa à 5mV/Pa, ce qui est relativement faible. Les micros statiques ont eux une sensibilité plus élevée, de l’ordre de 10mv/Pa à plus de 50mV/Pa (soit environ 10 fois plus élevé qu’un dynamique). Les micros à électret ont une sensibilité du même ordre que les statiques, tandis que les micros à ruban ont une sensibilité très faible qui dépasse rarement les 1mV/Pa.
    Les caractéristiques de la source à enregistrer déterminera le choix du micro. En effet, si on doit enregistrer une source sonore très faible, il faudra impérativement utiliser un micro ayant une sensibilité élevée, pour obtenir un meilleur rapport signal/bruit. En effet on aura moins besoin de pousser son pré-ampli et donc on ramènera moins de souffle.
  • Sa pression acoustique maximale admissible :
    Mesurée en dB SPL, c’est le niveau max avant saturation de la membrane, voire de sa dégradation. Elle dépend aussi du type de micro. Exemples :

    • Le micro électrostatique à large membrane Neumann U87 a une pression max de 117 dBSPL
    • Le micro électrostatique à petite membrane Scheops MK4 a une pression max de 132 dBSPL
    • Le micro à électret AKG C535 a une pression max de 130dBSPL.
  • La taille de sa membrane :
    Une grande membrane est plus sensible qu’une petite membrane. Il en découle qu’elle accepte des pressions maximales moins élevées.
    Les avis divergent quant à la réponse dans les graves. Certains affirment que les larges membranes descendent plus bas dans le grave et sont mieux définis. D’autres affirment que ce n’est qu’une impression produite par le fait que les larges membranes ont une moins bonne précision dans les aigües, mettant ainsi en avant les graves. Ce qu’il faut en retenir c’est que le choix de telle ou telle taille de membrane dépendra de la source à enregistrer et ne suit pas de règle particulière. Il faudra tester plusieurs possibilités et choisir celle qu’on préfèrera. (Par exemple, je sais que personnellement je préfère utiliser des petites membranes sur les guitares, ce qui leur donne un son plus clair et agréable à mon goût.)
    Les micros à petite membrane ayant eux même une taille plus réduite, ils perturbent d’autant moins le champ sonore.
  • Le niveau de bruit :
    Chaque micro a un niveau de bruit propre, indépendant du niveau de pression sonore qu’il reçoit. Ce bruit est généralement très faible et ne posera pas de problème lors d’une utilisation normale. En revanche, si on doit enregistrer des sources très faibles, il faudra faire plus attention au choix de son micro.
    Les micros statiques sont en général un peu plus bruyants que les dynamiques. Cela est dû à l’électronique qu’ils contiennent.
  • Filtrage, anti-pop et atténuateur :
    Certains micros sont équipés d’un filtre coupe-bas qui atténue les basses fréquences (en dessous de 100-150Hz). Ceci permet de réduire les bruits de manipulation ainsi que les bruits provoqués par les plosives de la voix (b et p) qui occasionnent un grand déplacement d’air qui peut saturer la membrane dans le grave. Pour réduire encore plus ces plosives on peut aussi intégrer au micro un dispositif anti-pop, souvent en mousse, qui assurera le rôle de « coupe-vent ». Cela ne s’applique qu’aux micros pour voix sur scène. En studio, l’anti-pop sera externe au micro. L’inconvénient est que ce dispositif peut atténuer légèrement les fréquences aigües.
    Les micros statiques sont également souvent équipés d’un atténuateur de niveau pouvant aller de 6dB à 20dB, ce qui peut servir lors de l’enregistrement de sources ayant un fort niveau de pression acoustique.

 

Voilà pour aujourd’hui ! Bientôt la deuxième partie où je développerai les différentes directivités de micro existantes.
N’hésitez pas si vous avez des questions ou si vous relevez des erreurs !